CESAR et ROSALIE

Publié le par Anne

David,

C'est une maison qu'on avait oubliée.

Carla a dit qu'elle se rappelait de la couleur des volets.

Moi, je suis sûre que ce n'est pas la même. Mais tu sais comment sont les choses , Quand même.? On a beau les repeindre...

Le vent s'est levé Lundi et je suis contente.

Et je t'écris ma 5ème lettre et j'attends ton 5ème silence.

 J'entends la famille qui rit et qui vit en bas.

Et si je t'écris que je suis triste, c'est malhonnête et je le sais.

Je ne te reverrai pas et je le sais aussi et pourtant je voudrais bien qu'on me dise où tu es. où tu es ?

Tu vis et tu ne réponds pas.

Evidemment, Marithé a failli se tuer en sautant d'un rocher.

Simon est amoureux.

J'ai acheté deux robes : une petite bleue, une petite blanche au marché du matin.

 Maman a passé son permis de conduire. On se demande pourquoi tout à coup.

 Antoine est venu nous voir.

Pour les robes, ce n'est pas vrai. je n'ai rien acheté. je dirais n'importe quoi pour te parler de moi.

ce n'est pas ton indifférence qui me tourmente, c'est le nom que je lui donne. La rancune ou l'oubli.

 David, César sera toujours César, Et toi, tu seras toujours David, qui m'emmène sans m'emporter, qui me tient sans me prendre, et qui m'aime sans me vouloir. Rosalie

Publié dans J'ai choisi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article